• [Chronique] Le Dernier Souffle, tome 2 - Fiona McIntosh

     

    Le Dernier Souffle

    Tome 2 - Le Sang 

    Fiona McIntosh

     

     

     

     

     

     

     

    Le destin de trois royaumes ne tient plus qu'à un fil lorsqu'un jeune guerrier se lance dans une quête éperdue pour lever la terrible malédiction qui pèse sur lui. Le général Wyl Thirsk de Morgravia a vu son meilleur ami se faire décapiter, sa sœur torturée et l'homme qui l'a élevé envoyé à une mort certaine - tout ça par la faute de son souverain, le sinistre et cruel Celimus. Et voici que ce roi haïssable vient de jeter son dévolu sur Briavel - le royaume voisin dont la jeune et jolie reine Valentyna paraît condamnée à une alliance politique que son cœur refuse. Pour sauver celle qu'il aime de ce piège mortel, Wyl n'a plus d'autre choix que... trahir et se battre. Mais le destin est retors et Wyl va être emporté bien loin des machinations diaboliques de l'odieux Celimus. Comme la guerre menace aux frontières Nord où le roi des Barbares ourdit ses complots contre le Sud, Wyl doit absolument trouver celui par qui lui est venu le don - et enfin maîtriser ce maléfice qui a plongé sa vie dans le chaos et menace de détruire les trois royaumes.

     

     

    ~Mon avis

    Le deuxième tome de la trilogie du Dernier Souffle est dans la lignée du premier et relate les aventures de Wil et de ses compagnons d’infortune. Je dois dire que j’ai du mal à avoir un avis impartial sur ce livre. Rares sont les ouvrages qui ont suscité une réaction aussi négative de ma part.

     

    Il y a peu, j’avais terminé le premier tome sur une bonne note. C’était selon moi un bon concept avec une histoire emballante et des personnages faciles à catégoriser. Cela dit, ce n’était pas franchement un coup de cœur. Comme j’avais la suite à disposition, je me suis lancée dans le second tome tant que j’avais mes impressions encore fraîches du début de l’histoire. J’ai très vite déchanté.

     

     

    Ce que je reproche au roman ce n’est pas tant son histoire. J’aime bien l’idée du Dernier souffle (SPOILER : l'idée que Wil puisse échanger son « âme » avec celle son meurtrier est plutôt intéressante). Le second opus se focalise principalement sur la recherche du fameux sorcier qui semble être le père de Myrren, la sorcière qui lui a transmis ce don ou cette malédiction. En soi, c’est vraiment un chouette concept. Le déroulement des événements n’est pas non plus un grand problème. Même si j’ai détecté quelques incohérences et événements aberrants, je trouve que ceux-ci s’enchaînent assez bien, et ce, malgré un petit flottement au début du roman. Tantôt, on suit Wil, tantôt Celimus, tantôt Valentina, tantôt Finch, tantôt Ylena. Bref, vous l'avez compris. On change souvent de protagoniste. Cela dit, ce n’est pas dérangeant et cela donne du piment au récit.

     

     

    Dans ce roman, des événements inattendus arrivent (SPOILER : comme le fait que Wil se retrouve dans le corps de sa propre sœur. Je vous laisse découvrir comment). J’avoue que ce moment fort du roman m’a beaucoup fait rire. Vous me direz votre avis, mais personnellement, j’ai trouvé ça un peu con, surtout dans un roman  où l'on essaye de rendre les choses importantes et dramatiques.

     

     

    Mais ce qui m’a le plus agacé dans ce roman, ce sont les personnages ! Totalement stéréotypés. C’était déjà une réflexion que je m’étais faite lors du premier tome. Dans cette trilogie, on est soit bon, soit mauvais. Il n’y a pas d’ambiguïté possible. Je trouve ça un peu simpliste pour un auteur qui essaye d’ouvrir ses écrits à un public large (ça se sent dans les événements, on sent qu’elle veut de préférence attirer un public adulte voir des connaisseurs de la fantasy. Enfin, c'est l'impression que j'ai eue) de réduire la psychologie de ses personnages à une ambivalence assez sommaire. Wil, le gentil héro, ne cesse de se lamenter et de se décourager, il n’arrête pas de faire des gaffes. Je trouve ça un peu lourd quand à côté on répète inlassablement que Wil est le plus courageux, le plus brave des héro. En ce qui concerne Celimus, le méchant, c’est pareil.

     

     

    Tout au long du roman, il y a des morts inutiles et inutilement sauvages. J’ai vraiment eu l’impression que l’auteur ajoutait des morts et des scènes de tortures pour donner un côté dramatique au roman. Ça n’a pas pris chez moi. Trop, c’est trop. En général, je n’ai pas spécialement de problème avec des scènes plus ou moins violentes, mais quand on sent que cela n’a pas d’intérêt pour l’histoire je trouve ça inutile et un peu sadique ^^.

     

    En bref, comme vous l’avez sans doute deviné, cela a été une vraie déception. J’ai d’ailleurs mis beaucoup de temps à le lire. Je ne le déconseille pas spécialement, l’histoire n’est pas fondamentalement mauvaise, on pourrait facilement se prendre au jeu, mais cela n’a pas marché pour moi. Je suis peut-être trop critique avec mes lectures.

    Je compte quand même tenter de finir la trilogie. Ça serait con d’arrêter là. Mais je pense que je vais attendre de faire passer la pilule avant de lire le tome 3. 

     

    Note : 04/10

     

    Pour continuer l'aventure.

    La saga : 

    - Tome 1 : Le Don (chronique)

    - Tome 2 : Le Sang

    - Tome 3 : L'Ame

     

     

     

     

     

    Le Dernier Souffle

    Tome 2 - Le Sang

    Fiona McIntosh

    Milady

    670 pages.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :