• [Chronique] Bordemarge - Emmanuelle Nuncq

    [Chronique] Bordemarge - Emmanuelle Nuncq

     

    Bordemarge 

    Emmanuelle Nuncq 

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un mousquetaire rebelle quitte le château de Bordemarge au galop. Après avoir fomenté un coup d'État, Le duc Silas a lancé ses troupes de pirates sur les traces de Roxane, l'héritière légitime du trône, qui a réussi à s'enfuir. Violette, bibliothécaire déprimée, aurait adoré lire ce genre d aventures rocambolesques. Aussi, le jour où, pour échapper à ses ennemis, Roxane traverse un tableau magique qui donne sur le monde réel et envoie Violette à sa place à Bordemarge, cet échange est l'occasion rêvée pour la bibliothécaire de troquer son quotidien contre des péripéties incroyables. Saura-t-elle déjouer les plans de l'infâme Silas ? Une chose est sûre : à Bordemarge, tout est possible, il suffit de le vouloir !

     

     

     

    ~ Mon avis ~

    J'ai eu beaucoup de mal à écrire la chronique de ce roman-ci. En effet, une semaine après la fin de ma lecture, je n’arrive pas encore à bien me représenter ce qui m’a plu et déplu dans cet ouvrage.

     

    Je pense qu’il y a des attentes qui n’ont pas été totalement satisfaites. Ma première impression générale, celle que je n’arrête de ressasser dans ma tête est que Bordemarge est trop en surface, trop flou. On a cette impression de rester en surface et d'avoir loupé certaines choses. Difficile de s’immerger dans la lecture au vu de ces circonstances. J’aurais aimé mieux expliqué mon ressenti, excusez-moi d'avance pour ce côté un peu trop brouillon.

    L’histoire en soi n’est pas mauvaise, les personnages sont très colorés, mais la sauce n’a pas pris. Je suis donc allée voir quelques autres chroniques pour me rendre compte que mon avis plutôt mitigé n’était pas réellement partagé. J’ai donc cherché à comprendre pourquoi.

     

    J’ai bien compris qu’Emmanuelle Nuncq confronte notre monde, notre réalité, à une mythologie du roman fantasy, de cape et épée. Mythologie très codifiée et très manichéenne. Les gentils gagnent toujours à la fin, les méchants sont d’horribles personnages (tant physiquement que moralement), on ne sacrifie pas les enfants, etc.

    Je pense que j’aurais aimé en savoir un peu plus sur ce monde qu’est Bordemarge et comment fonctionnent ses personnages. Bien entendu, de par ma culture de lectrice amatrice, il y a beaucoup de règles qui m’ont paru évidentes cependant j’ai l’impression qu’on est trop vite plongé dans ce monde fantastique, sans préambule. Cela m'a déstabilisée. Le début est donc pour moi un peu chaotique. Pourtant, la lecture se fait d’une traite. Je ne peux que saluer le style très linéaire, très doux, voire même poétique d’Emmanuelle Nuncq. Les chapitres assez courts s’enchaînent agréablement. Pourtant, une frustration subsiste.

     

    Les personnages sont assez caricaturaux. Il y a deux héroïnes principales autour desquelles tourne l’intrigue. Violette, la bibliothécaire frustrée et amère est l’un des personnages féminins principaux. On sait de prime abord qu’elle aurait un rapport évident avec Bordemarge. Étrangement, elle m’a fait penser à l’actrice principale de Vilaine (un chouette film en passant ).

    Roxanne vient de Bordemarge, traverse un portrait magique et atterris dans la bibliothèque de Violette, dans le monde « réel ». J'ai un peu de mal à me faire un avis sur ces deux personnages, les événements s'enchaînent trop vite, il n'y a pas de temps pour s'attarder à la psychologie des personnages. Peut-être est-ce un choix de la part de l’auteur qui a préféré l’action au ressenti pour un public jeune préférant les aventures au contraire d'un développement trop long de la psychologie des personnages.

    L’un de mes personnages préférés est certainement Christian qui vient du monde de Violette, je l’imagine black et toujours souriant. J’ai beaucoup aimé son optimisme.

    J’ai également aimé le personnage de l’Orfèvre même si j’aurais aimé que l’on parle plus de lui et de son passé, de ce qui l’a amené à devenir ce nomade créateur d’inventions folles, entouré d’enfants.

    Ensuite, il y a les méchants Angus, le duc Silas de Conti, les pirates, etc. Tous sont décrits selon les codes du roman de cape et épées. (attention, spoiler) Angus joue celui qui devient gentil malgré le fait qu’il soit prédestiné comme étant un méchant.

     

    Je pense que c’est une lecture qu’il faut entreprendre quand on n’a pas le moral, la fraîcheur du récit fait sourire et donne du baume au cœur. Malheureusement, je n’ai pas accroché et je ne pense pas en garder un souvenir pendant longtemps. Après, je suis peut-être trop critique, trop exigeante avec mes lectures, je vois peut-être les choses avec mes yeux d’adultes et j’oublie trop facilement que ce roman est un roman jeunesse. 

     

     Note : 05/10

     

    Pour continuer l'aventure

    [Chronique] Bordemarge - Emmanuelle Nuncq

     

     

     

     

     

    Bordemarge

    Emmanuelle Nuncq

    Castelmore

    318 pages

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 27 Mars 2013 à 19:00
    louvemortsûre

     roman me tentait beaucoup au départ et peu à peu, mon intérêt à faibli ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :